Actualités

Oxytocine pendant le travail : nouveau marque-page

0

Les recommandations du CNSF  sur l’administration d’oxytocine incluent un outil de repérage à destination des professionnels de santé intervenant en salle de naissance qui est présenté sous la forme d’un marque-page.

Oxytocine

Recto/verso


La réglette d’administration d’oxytocine est indiquée au recto. Elle permet une conversion entre les ml injectés et les microunités/mn.
Les différents stades du travail définis par les recommandations sont résumés au verso avec un rappel des critères d’utilisation de l’oxytocine.

Recommandations CNSF


Il s’agit des premières recommandations du Collège National des Sages-Femmes de France (CNSF) élaborées en partenariat avec le CNGOF, l’Inserm et le CIANE. Elles portent sur l’utilisation de l’oxytocine pendant le travail spontané et contiennent notamment les axes suivants :

  • une nouvelles définition des stades de travail
  • une administration raisonnée d’oxytocine
  • les modalités générales d’administration de l’oxytocine
  • les risques et effets indésirables maternels liés à l’administration d’oxytocine au cours du travail spontané
  • les risques et effets indésirables fœtaux, néonataux et pédiatriques lors de l’administration de l’oxytocine au cours du travail spontané

Diffusion du marque-page


En Alsace, la diffusion des marque-pages est assurée par le réseau Naître en Alsace. Vous pouvez nous contacter au 03 69 55 35 76 ou en cliquant ici.

Pour en savoir plus


Télécharger le communiqué de presse du CNSF

Fortes chaleurs : les bons gestes à adopter

0

La période estivale est souvent caractérisée par de fortes chaleurs. Les femmes enceintes et les nourrissons constituent un groupe vulnérable et exigent une attention renforcée. Pensez à sensibiliser vos patients et à leur rappeler les règles de bonne conduite en cas de chaleurs extrêmes.

Différents niveaux de vigilance


Le Plan national canicule prévoit 4 niveaux de vigilance météorologique :

  • Niveau 1 – Veille saisonnière (vert): pas de vigilance particulière
  • Niveau 2 – Avertissement chaleur (jaune) : pic de chaleur temporaire sur un ou deux jours sans atteindre les seuils d’alerte
  • Niveau 3 – Alerte canicule (orange) : vigilance canicule déclenchée par les préfets de département, en lien avec les ARS
  • Niveau 4 – Mobilisation maximale (rouge) : canicule avérée exceptionnelle, très intense et durable, avec apparition d’effets collatéraux majeurs dans des secteurs d’importance vitale (sécheresse, approvisionnement en eau potable, saturation des hôpitaux ou des pompes funèbres, etc.)

L’évolution des températures est présentée sur la carte de vigilance Metéo-France.

Conduite à tenir pendant la chaleur : rappel


Les gestes à adopter pendant une vague de canicule ou de chaleurs extrêmes :

  • boire régulièrement de l’eau ;
  • mouiller son corps et se ventiler ;
  • manger en quantités suffisantes ;
  • éviter les efforts physiques ;
  • ne pas boire d’alcool ;
  • mettre des habits amples, légers et clairs ;
  • maintenir son habitation au frais en fermant les volets le jour et en les ouvrant la nuit ;
  • passer du temps dans un endroit frais (cinéma, bibliothèque, supermarché, etc.) ;
  • donner et prendre des nouvelles de ses proches.

Documents à télécharger


Plan National de Canicule 2017
Dépliant « Canicule, fortes chaleurs : adoptez les bons réflexes ! »
Affiche « Canicule, fortes chaleurs : adoptez les bons réflexes ! »

Liens utiles


Météo France
Ministère des Solidarités et de la Santé
Santé Publique France

Valproate de sodium : parcours des enfants exposés in utero

0

Le Ministère des solidarités et de la santé a publié une instruction relative au diagnostic et à la prise en charge des enfants exposés in utero au valproate de sodium et à ses dérivés ainsi qu’aux autres antiépileptiques. Elle a pour objet d’améliorer le repérage et de mettre en place une filière de soins adaptée pour le diagnostic et la prise en charge.

L’instruction cible l’application du protocole national de diagnostic et de soins « Embryo-Fœtopathie au Valproate » de la Haute Autorité de Santé dont la rédaction a été confiée au Centre de référence Anomalies du Développement et Syndromes Malformatifs de l’Ouest. Elle s’adresse aux médecins généralistes, pédiatres, gynéco-obstétriciens, sages-femmes, neurologues, psychiatres et aux Centre de Ressources Autisme.

La prise de valproate de sodium ou d’un autre médicament indiqué dans le cadre du traitement de l’épilepsie durant la grossesse doit être recherchée systématiquement dès la première consultation. En cas de réponse positive, le signalement de l’événement est obligatoire.

Documents à télécharger


Instruction N° DGS/PP2/2017/187 du 18 mai 2017
PNDS – Embryo-Fœtopathie au Valproate
PNDS – Embryo-Fœtopathie au Valproate – Argumentaire

Etude PREMIS : validation de la version française du questionnaire

0

Femmes en situation de vulnérabilité


Le repérage et la prise en charge adaptée des femmes en situation de vulnérabilité restent une priorité nationale. Le dépistage de la violence conjugale par les professionnels est actuellement très peu effectué par manque d’outils et de procédures de référence qui leur permettraient une prise en charge efficace de la victime. Il n’existe aucun outil validé en langue française permettant d’évaluer les connaissances et les capacités de prise en charge des victimes de violences conjugales par les professionnels de santé.

Etude PREMIS


L’étude PREMIS est réalisée par le Dr Anne LEGRAND et le réseau périnatalité d’Auvergne. Elle a pour objectif d’adapter de façon transculturelle et de valider la version française du questionnaire PREMIS (Physician Readiness To Manage Intimate Partner Violence Survey).

Questionnaire à remplir par les professionnels


Tous les professionnels membres d’un réseau de santé en périnatalité sont invités à répondre à un questionnaire en ligne. Son objectif est d’évaluer les pratiques de repérage et de prise en charge ultérieure des femmes victimes de violences conjugales afin de les améliorer. Il est structuré en 5 parties :

  • profil
  • expérience
  • connaissance des violences conjugales
  • opinions
  • questions en lien avec l’activité professionnelle

Le temps de réponse est estimé à 20-30 min. Le questionnaire est entièrement anonyme.

Pour répondre au questionnaire, cliquez ici.

Données de la Drees sur les IVG en 2016

0

La Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) vient de publier les données sur les interruptions volontaires de grossesse (IVG) réalisées en France en 2016. Leur nombre continue à baisser pour la troisième année consécutive et représente 211 900 IVG au niveau national, dont 13 946 dans le Grand Est.

IVG2016

Tendances d’évolution


  • L’indice conjoncturel d’avortement demeure stable depuis près de quinze ans
  • Un taux de recours en légère baisse parmi les moins de 20 ans
  • Des recours plus fréquents dans les DROM, en Île-de-France et dans le Sud
  • 18 % des IVG sont réalisées hors établissements hospitaliers en Métropole
  • Plus d’une IVG sur quatre est réalisée hors du cadre hospitalier en Île-de-France et dans les DROM
  • De plus en plus d’IVG hospitalières sont prises en charge dans le secteur public

Documents à télécharger


Etudes et résultats n°1013 – DREES

 

Décès de Simone Veil

0

Madame Simone Veil si souvent citée dans nos travaux est décédée le 30 juin 2017.

Le Réseau Naître en Alsace s’associe à la douleur de sa famille et de ses proches et souhaite exprimer sa reconnaissance pour l’engagement de cette femme exceptionnelle. Avec détermination, intelligence et courage, elle a fait adopter la loi autorisant l’IVG en 1974.

Notre journée de l’observatoire de l’IVG du 20 octobre 2017 présidée par le Pr Israël Nisand « Droit à l’IVG dans le monde » lui sera dédiée.

Son combat reste actuel et un exemple, d’autres poursuivront ce combat pour le droit des femmes et des hommes.

Nous continuons à écouter les femmes d’ici et d’ailleurs.

Pour la Commission IVG et Prévention,
Dr Françoise WARYNSKI

Télécharger le communiqué de presse du Planning Familial

Rapport 2017 sur l’état de santé de la population en France

0

Le rapport « Etat de santé de la population en France » est élaboré par Santé publique France et la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).  Il dresse le tableau globale des indicateurs de santé des français en mettant en lumière les principaux problèmes auxquels les politiques publiques doivent répondre.

Contenu


L’édition 2017 est composée de 7 parties :

  • Synthèse
  • Contexte démographique
  • Mesure des inégalités sociales, déterminants sociaux et territoriaux de la santé
  • Etat de santé global de la population
  • Principales causes de décès et de morbidité
  • Déterminants, santé populationnelle et pathologies spécifiques
  • Profils régionaux

Santé de la reproduction et périnatalité


Le rapport comprend un chapitre spécifique à la périnatalité. Il décrit les principales tendances et indicateurs nationaux relatifs à la contraception, l’IVG, les grossesses multiples, le tabac et la grossesse, le diagnostic anténatal, la morbi-mortalité maternelle, la mortalité périnatale et infantile, la prématurité, les césariennes, l’allaitement et le dépistage néonatal.

  • 3 % des femmes de 15 à 49 ans n’utilisent pas de moyen contraceptif (2013)
  • la pilule demeure le moyen de contraception prépondérant (42,7 % en 2013)
  • le recours à la contraception d’urgence est en hausse (24 % en 2010 contre 9 % en 2000)
  • le taux d’IVG est stable depuis 2001 (14,9/1 000 femmes de 15 à 49 ans en 2015)
  • la proportion d’accouchements multiples est de 17,4/1 000 en 2014
  • les naissances issues de l’AMP représentent 22 % des accouchements multiples (2014)
  • 1 femme sur 10 fume quotidiennement au 3e trimestre de grossesse (2010)
  • la consommation de tabac pendant la grossesse est en diminution depuis 1998
  • 58 %  des fœtus ou nouveau-nés porteurs d’anomalie(s) congénitale(s) ont eu un diagnostic anténatal d’anomalie
  • le nombre de prélèvements invasifs anténatals est en diminution
  • le ratio de mortalité maternelle est de 10,3/100 000 naissances vivantes en 2007-2009
  • environ la moitié de décès maternels sont jugés évitables
  • le taux d’admission en unité de réanimation ou de soins intensifs des femmes en état gravido-puerpéral est en diminution (- 1,5 % en moyenne par an entre 2010 et 2014)
  • en 2014, le taux de mortalité périnatale est de 10,6/1 000 naissances, le taux de mortinatalité est de 8,9/1 000 naissances, le taux de mortalité néonatale est de 2,4/1 000 naissances, le taux de mortalité infantile est de 3,5/1 000 naissances
  • 7,3 % des naissances vivantes surviennent avant 37 SA (2014)
  • les naissances multiples présentent un risque élevé de prématurité (51,4 % en 2014)
  • le taux de césariennes a diminué de 20,5% en 2010 à 20,1 % en 2014
  • 2 femmes sur 3 commencent un allaitement maternel à la maternité (2013)
  • la durée médiane de l’allaitement est de 15 semaines

La région Grand Est


Une nouveauté de l’édition sont les 18 profils régionaux avec les principales caractéristiques démographiques, socio-économiques et sanitaires des nouvelles régions administratives. Les spécificités du Grand Est sont :

  • sur le plan démographique : un vieillissement rapide de la population et une fécondité parmi les plus basses de France
  • sur le plan social : des indicateurs de précarité économiques souvent inférieurs à la moyenne nationale et une fragilité professionnelle
  • quant à l’espérance de vie, elle est plus faible que dans le reste de la France avec une surmortalité plus marquée pour les maladies de l’appareil circulatoire
  • concernant la consommation d’alcool et de tabac, la région a une mortalité proche de la moyenne nationale pour les principales pathologies pour lesquelles l’alcool est un facteur de risque et une mortalité plus élevée pour les pathologies liées au tabac
  • quant au cancer, on constate une forte mortalité masculine par cancers du poumon et une mortalité féminine par cancers du sein proche du niveau national

Documents à télécharger


Rapport « Etat de santé de la population en France »

PANJO 2 : dernière phase de recrutement

0


Santé publique France et l’Agence des nouvelles interventions sociales et de santé lancent la dernière phase de recrutement de l’étude PANJO2 auprès de femmes enceintes jusqu’en juin 2017.

Objectif de l’étude


L’objectif de l’étude PANJO est d’optimiser l’accompagnement des futurs parents se sentant isolés lorsqu’ils se préparent à accueillir leur premier enfant. Elle est centrée sur le développement des liens d’attachement précoces et le renforcement des comportements favorables à la santé.

PANJO 1 et 2


L’étude PANJO se déroule en deux temps:

  • 2014-2015 : évaluation de l’acceptabilité des interventions de type PANJO auprès des professionnels de la PMI et des familles bénéficiaires
  • 2016-2018 : expérimentation du dispositif PANJO optimisé et évaluation de son efficacité

Lors de la 2e phase, les femmes participant à l’étude seront segmentées en deux groupes. Le 1er groupe aura accès à l’accompagnement habituellement proposé, le 2e bénéficiera en plus des interventions PANJO. Ces dernières prévoient au minimum 6 visites supplémentaires : 2 pendant la grossesse et 4 après la naissance jusqu’au 6 mois de l’enfant. Les interventions PANJO sont menées par des professionnelles de la PMI ayant bénéficié d’une formation spécifique.

En savoir plus


Plus d’informations sur l’étude PANJO

Les événements à venir

Événements régionaux & Naître en Alsace

Événements nationaux & internationaux