Le Réseau Périnatal d'Alsace

Une fleur, une vie : pour honorer nos tous petits

0

« Une fleur, une vie » est un projet qui permet à des personnes ayant perdu un bébé autour de la naissance, de poser un geste symbolique en mémoire de leur enfant décédé, de vivre une journée dans un élan de créativité et sous le signe de la rencontre, de se sentir moins seul sur son chemin de deuil et découvrir les aides possibles.

Cette année, la Journée de sensibilisation au deuil périnatal aura lieu le samedi 9 mai 2015 de 10h à 17h à la Mairie du 15ème arrondissement de Paris.

Au programme : la présentation du film « C’est une vie  » produit par « Une fleur, une vie » ainsi que de divers ateliers : scrapbooking, fresque pour les enfants, groupes de parole à thème…

Renseignements et commandes de fleurs : www.unefleurunevie.org

Un agenda de grossesse pour mieux planifier vos rendez-vous

0

ILLUSTRATION - NE PAS DIFFUSERILLUSTRATION - NE PAS DIFFUSER

Vous êtes enceinte ? Toutes nos félicitations ! C’est une période toute particulière dans la vie d’une femme.

Elle nécessite un suivi médical et un accompagnement adapté. Plusieurs consultations seront à programmer pendant ces 9 mois.

Pour faciliter la planification de vos rendez-vous, le Réseau Naître en Alsace a conçu un agenda destiné aux femmes enceintes. Il regroupe toutes les consultations essentielles et vous servira ainsi de repère durant votre grossesse.

Vaccination : êtes-vous à jour ?

0

La vaccination est un acte de prévention. Elle permet de sauver des millions de vies en arrêtant la transmission des maladies graves.

Être à jour dans ses vaccinations, c’est se protéger et protéger les gens autour de vous.

Documents à télécharger


Calendrier simplifié des vaccinations 2015
Infections à papillomavirus humains (HPV) : les 5 bonnes raisons de se faire vacciner
Affiche de la Semaine européenne de la vaccination 2015

G-GrippeNet : aidez à faire avancer la recherche contre la grippe

0

G-GrippeNet est une étude sur la fréquence de la grippe chez les femmes enceintes. Toutes les futures mamans (ayant la grippe ou non) sont invitées à y participer.

Pourquoi participer ?


En participant à ce projet, vous contribuerez à l’avancement de la recherche contre la grippe, ce qui permettra de mieux protéger les femmes enceintes et leurs bébés.

Comment participer ?


C’est très simple. Il suffit de s’enregistrer sur le site www.grippenet.fr et de remplir régulièrement des questionnaires hebdomadaires.

Durée


La participation à l’étude ne prend pas plus de 5 minutes par semaine. De plus, vous pouvez arrêter à tout moment !

Documents à télécharger


Affiche G-GrippeNet
Flyer G-GrippeNet

Vaccination antigrippale

0

Si vous êtes enceinte,  la vaccination antigrippale est recommandée  et ce, quel que soit le trimestre de votre grossesse. Elle est prise en charge à 100% par l’Assurance Maladie.

Pourquoi se faire vacciner ?


Votre système immunitaire est affaibli en cours de la grossesse, ce qui vous rend plus vulnérable aux virus. En cas de grippe, les femmes enceintes présentent un sur-risque d’hospitalisation avec un risque accru de complications pulmonaires et cardiovasculaires.

Et le bébé ?


La vaccination antigrippale administrée chez la femme enceinte induit une réponse immunitaire comparable à celle obtenue chez la femme non enceinte. De plus, le passage des anticorps antigrippaux maternels permet de conférer une protection aux nouveau-nés et aux nourrissons qui ne peuvent pas être vaccinés avant l’âge de 6 mois.

Semaine mondiale de l’Allaitement Maternel 2014

0

SMAMChaque année, la Coordination Française pour l’Allaitement Maternel (CoFAM) impulse et coordonne la Semaine Mondiale de l’Allaitement Maternel (SMAM) en France. C’est l’occasion pour des professionnels, des organisations, des associations, des femmes et des hommes dans le monde entier de se réunir pour soutenir, encourager et promouvoir l’allaitement maternel.

Durant la semaine du 12 au 17 octobre, différentes actions s’enchaîneront autour du thème: « L’allaitement un atout gagnant pour la vie ».

Découvrez le programme des expositions, des ateliers, des conférences et des rencontres organisés cette année en Alsace.

Dimanche 12 octobre


La Grande Tétée d’Erstein
Ateliers d’information & Expositions
Ecole Anne Frank, rue du Vieux Marché, Erstein
10h-15h
En savoir plus 

 Lundi 13 octobre


Dégustation de lait et sensibilisation à l’intérêt des certains composants
Ateliers d’information
Maison des Services, 14 rue Vincent d’Indy, Sarre-Union
Toute la journée

Ateliers d’information
Centre de la Mère et de l ’Enfant du PARC, 46 Rue du Stauffen, Colmar
9h00-16h45
Télécharger le programme

Salon de l’Allaitement pour les mamans hospitalisées
Salle des petits déjeuners de la maternité
Hôpital Albert Schweitzer, 201 Avenue d’Alsace, Colmar
à partir de 19h30

 Mardi 14 octobre


Ateliers d’informations
Centre de la Mère et de l ’Enfant du PARC, 46 Rue du Stauffen, Colmar
9h00-16h45
Télécharger le programme

Ateliers avec l’équipe du Lactarium
Présentation d’activité hospitalière du Lactarium
Présentation interactive des aspects nutritionnels du lait de la mère
Salle 1006 à l’Hôtel du Département, 1 place du Quartier Blanc
9h30 – 12h00

Ateliers d’information
Massage bien être des bébés
Echanges sur les aspects pratiques de l’allaitement
CMCO, 19 rue Louis Pasteur, Schltigheim
10h00 – 12h00

Table ronde
Espace rencontre, Service maternité
Hôpital de Sélestat, 23 Avenue Louis Pasteur, sélestat
14h-18h

Portes ouvertes
Ateliers d’information et autres animations
Clinique Adassa, 13 Place de Haguenau, 67000 Strasbourg
13h00-18h00
Télécharger le programme

Atelier d’information
« Allaiter c’est bon pour la santé des mamans et des bébés »
Goûter préparé par l’équipe de la maternité
Clinique Sainte-Anne, 182 route de la Wantzenau, Strasbourg
à partir de 14h

Mercredi 15 octobre


Salon de l’Allaitement
L’allaitement et la reprise du travail
Salle Denni au 2ème étage
Hôpital Albert Schweitzer, 201 Avenue d’Alsace, Colmar
à partir de 9h30

Atelier d’information
« Allaiter c’est bon pour la santé des mamans et des bébés »
CPP Schirmeck, 10 rue des Forges, Schirmeck
Goûter préparé par l’équipe
Mini-garderie installée à côté de la salle de conférence
14h-16h

Jeudi 16 octobre


Echanges avec des professionnels de santé
Intérêt du lait de croissance par rapport au lait de vache.
8 rue des Potiers, Betschdorf

Ateliers d’information
en partenariat avec le CH de Saverne et le CPP d’IIngwiller
Echanges sur le rôle des consultants en lactation
Salle PAT, UTAT, 1 route de Maennolsheim, Saverne
14h00-16h00

Vendredi 17 octobre


Ateliers « Allaitement » et « Massage BB »
Centre médico-social des Tanneries, 1 rue des Bouvreuils
Toute la matinée

Salon de l’Allaitement pour les mamans hospitalisées
Salle des petits déjeuners de la maternité
Hôpital Albert Schweitzer, 201 Avenue d’Alsace, Colmar
à partir de 19h30

Atelier d’information
« Allaiter c’est bon pour la santé des mamans et des bébés »
Association Générale des Familles, 2 rue de la Romantica, Wasselonne
à partir de 20h

Et encore…


Diffusion d’une vidéo sur l’allaitement
Atelier question/réponse
Salle d’attente de consultation de nourrissons
Centre Médico-Social d’Erstein, 2 rue de Verdun, Erstein
13 – 15 octobre

Exposition : « Au fil du lait »
Centre médico-social de Haguenau, 11 boulevard de l’Europe, Haguenau
13 – 16 octobre

Rencontres animées par des professionnels
Aire Mômes, 7 rue des maréchaux, Lutterbach
15 – 18 octobre
Télécharger le programme

Echanges avec les puéricultrices en consultations de nourrissons
13 rue des Alliés, Molsheim
3 rue Louis Lang, Sélestat

Une césarienne, comment et pourquoi ?

0

La césarienne est une opération chirurgicale qui consiste à inciser l’abdomen et l’utérus. Elle est réalisée généralement lorsqu’un accouchement par voies naturelles se révèlerait risqué pour la santé de la maman ou du bébé.

Césarienne programmée et césarienne en urgence


Une césarienne peut vous être proposée par le professionnel qui suit votre grossesse. Dans ce cas, il s’agit d’une césarienne programmée. Elle peut être recommandée comme mode d’accouchement pour des raisons médicales particulières vous concernant. Par exemple, si l’on estime que l’accouchement par voie basse présente un risque important pour votre santé et/ou celle de votre bébé (antécédents de césariennes, mauvais positionnement du placenta ou du bébé, etc.), votre médecin ou sage-femme peuvent vous proposer une césarienne.

Le mode d’accouchement peut cependant être réévalué à tout moment avant la naissance de votre bébé, même en salle d’accouchement. L’équipe médicale peut ainsi opter pour une césarienne, dite césarienne en urgence, si l’accouchement par voie basse est impossible ou si la vie de l’enfant et/ou celle de la maman sont en danger.

Césarienne, un choix personnel ?


Si vous souhaitez accoucher par césarienne même si celle-ci ne présente pas d’utilité médicale dans votre situation, parlez-en à votre médecin ou à votre sage-femme le plutôt possible. Vous pourrez discuter ensemble des bénéfices et des risques de votre décision et trouver la solution le mieux adaptée à vos besoins.

Un acte chirurgical à 2 étapes


Le déroulement d’une césarienne comprend deux phases : la préparation et l’acte chirurgical lui-même. Chacune de ces étapes a une importance équivalente.

  • Préparation. Cette phase se déroule en 2 étapes. D’abord il s’agit de faire sa toilette : douche et shampoing avec un produit désinfectant, puis une préparation cutanée (tonte du pubis). Ensuite, l’équipe médicale prépare la patiente à la future opération dans le bloc opératoire. Ceci comprend la pose de perfusion, d’un tensiomètre et de la sonde urinaire ainsi que la mise en place de l’anesthésie locorégionale et la préparation du champ opératoire. Parfois des césariennes sont effectuées sous anesthésie générale soit parce que l’anesthésie locorégionale est contre-indiquée, soit dans des situations d’urgence extrême. Lors d’une césarienne en urgence, la préparation préopératoire est raccourcie et se limite à la préparation cutanée.
  • Opération. Le chirurgien procède à l’extraction du bébé par une incision au-dessus du pubis et sur l’utérus. Lorsqu’il s’agit d’une anesthésie locorégionale, le nouveau-né est ensuite montré à ses parents. Si la césarienne est faite sous anesthésie générale, la maman pourra le voir quand elle sera consciente en salle de réveil ou dans sa chambre.

Le temps et la procédure d’une césarienne peut varier considérablement. Cela dépendra principalement de si elle avait été programmée ou entreprise en urgence.

Une opération risquée ?


La césarienne est un acte pratiqué depuis l’antiquité. La maîtrise de son processus et sa sécurité se sont considérablement affinées au point que cette opération ne représente aujourd’hui qu’un risque très faible pour la santé et la vie de la patiente. Néanmoins, cela reste un acte chirurgical qui laisse une cicatrice à l’intérieur de l’utérus.

Une fois de retour à la maison, il faut rester vigilant. Dans des cas très rares, il peut y avoir un risque d’infection de la cicatrice, d’hématome, d’hémorragie tardive, de phlébite ou même d’embolie pulmonaire. Mais rassurez-vous, tout ceci n’arrive que très exceptionnellement.

Après une césarienne, des grossesses ultérieures peuvent devenir plus difficiles. Les cicatrices sur l’utérus le fragilisent, ce qui influence notamment la fertilité de la femme et le déroulement des futurs accouchements.

Mieux comprendre la douleur pendant l’accouchement

0

La douleur n’est pas perçue de la même façon par toutes les femmes car le seuil de tolérance à la douleur varie d’une personne à l’autre. La forme de l’utérus, la position du bébé, l’état de fatigue et de stress de la maman peuvent influencer la perception de la douleur.

Les hormones, antalgiques naturels


Tout au long de l’accouchement l’organisme produit des hormones, les beta-endorphines, qui atténuent la douleur. Le stress, la fatigue et l’épuisement peuvent rompre ce processus et empêcher les hormones d’agir. Un environnement serein et une sécurité affective sont donc des facteurs clés dans la gestion de la douleur.

Mieux comprendre les causes de la douleur


La douleur pendant l’accouchement a trois causes principales :

  • Les contractions de l’utérus
  • La dilatation du col
  • La distension du périnée

A cela on peut rajouter l’anxiété.

Pendant la 1e partie de l’accouchement, appelée aussi « phase de travail », la douleur reste discrète. Plus la dilatation avance, plus elle s’intensifie. Il s’agit d’une douleur d’effort qui indique que le muscle utérin travaille. Elle est intermittente, c’est à dire qu’elle n’est présente qu’au moment de la contraction. Elle est importante, surtout au niveau du bassin et du ventre, mais elle peut se propager dans le dos, les jambes, voire dans tout le corps.

Au moment où la dilatation est complète, le bébé va descendre dans le bassin. Les contractions vont se modifier pour pousser le bébé vers l’extérieur. La douleur se transforme en une envie irrépressible de pousser. La femme est alors active et surpasse beaucoup plus facilement la douleur.

Apprendre à se détendre


Pendant le travail, lorsque vous sentirez une douleur venir, votre corps aura tendance à se crisper et à se contracter, ce qui pourrait retarder le processus d’accouchement et susciter du stress pour vous et votre bébé. De ce fait, apprendre à utiliser certaines techniques de respiration et de détente musculaire vous assurera d’être apte à surmonter vos peurs, vos angoisses et les douleurs au moment de l’accouchement.

Consultez nos Fiches Pratiques

Grossesse

Lire les fiches

Accouchement

Lire les fiches

Nouveau-né

Lire les fiches

Futur Papa

Lire les fiches

Contraception – IVG

Lire les fiches

Assistance sociale

Lire les fiches